Chris Dair - Crossroads To Freedom

  • Chris Dair
  • Portrait
  • Interview
  • Chroniques CD
  • Discographie
  • Concerts
  • Galerie Photos

Chris Dair - Crossroads To Freedom

chrisdairmusic

Les notes de Paris on the Move

Notre note


TRES BON
Une collection de blues originaux inspirés par ceux composés dans le delta du Mississippi et ceux joués dans les rues de Chicago, mais écrits et joués ici par Chris Dair, un chanteur-guitariste trop peu connu en France mais dont le talent est tel que vous ne tarderez pas à le voir jouer partout dans l’hexagone.
Vous sont proposés ici treize morceaux d’une durée d’une cinquantaine de minutes au cours desquelles le guitariste se livre à quelques belles prouesses techniques, soutenu par de superbes lignes de basse.
Mais Chris Dair n’est pas qu’un super guitariste, le garçon a aussi une voix qui colle superbement avec cette musicalité qui suinte des amplis. A preuve, il figurait dans la liste du ‘Meilleur guitariste anglais’ pour les British Blues Awards 2011 et il a ferraillé avec des pointures comme Jimmy Page, Ginger Baker, Rory Gallagher, Jeff Beck, Led Zeppelin et le fameux bluesman Bukka White.
Déjà n°1 sur the Blues connection CD charts et n°1 sur le Reverbnation Blues charts en France, le musicien ne renie aucune de ses racines blues, les doigts et l’âme baignant dans un blues teinté aussi bien par Muddy Waters que Howlin' Wolf.
Un violon sur ‘See the Stars’ vient éclairer de belles envolées de guitare acoustique tandis que sur l’instrumental ‘Obsession’, Chris Dair nous la joue façon Carlos Santana (sur une guitare PRS Custom Tiger Stripe), glissant d’un univers sonore à l’autre, comme si lui seul pouvait se permettre de faire côtoyer par le même guitariste des palettes musicales aussi différentes que celles proposées sur cette galette.
Crossroads to Freedom’, qui donne son titre à l’opus, vous envoûtera par son jeu de six cordes chamanique, quasi hypnotique, survolé de frissons à la Hendrix.
Plus jazzy, ‘Please Don't Let Me Go’ est le type même de morceau dans lequel le jazz rend hommage à ses racines blues, avec cette filiation que des guitaristes comme Frank Zappa et Pat Metheny ont parfaitement réussie et que Chris Dair forge à son tour, avec son talent.

Un talent que l’on aimerait voir jouer en France beaucoup plus souvent et dont chaque album est une nouvelle découverte, une nouvelle très belle surprise.

Frankie Bluesy Pfeiffer & Dominique Boulay
Paris-Move & Blues Magazine