PINK FLOYD – Delicate Sound Of Thunder

Parlophone / Warner
Prog' Rock
PINK FLOYD - Delicate Sound Of Thunder

Pink Floyd… Sans doute le groupe au public le plus segmenté de l’histoire du rock. Celui que vos grands parents aimaient adorer et que vos parents adoraient détester, tandis que les générations Y et Z n’en ont strictement jamais rien eu à cirer. Cette vénérable institution sans laquelle des aberrations telles que Tangerine Dream, Vangelis ou Jean-Michel Jarre auraient probablement embrassé les carrières de courtiers en assurances, employés du gaz ou quoi que ce soit auquel leur profil socio-culturel les destinait, et en dépit de laquelle Lou Reed, Dr. Feelgood et les Flamin’ Groovies auraient dès lors peut-être accédé au statut qu’ils méritaient… Foin d’uchronie: admettons le, même au pinacle de son talent, la seule méthode selon laquelle Lou Reed eût pu remplir des stades était celle d’Augusto Pinochet. Et même s’il y aura toujours davantage de principe actif dans 27 secondes de n’importe quel enregistrement Little Richard que dans les œuvres complètes de Roger Waters, on ne peut nier (comme chez Johnny Hallyday, PNL ou Céline Dion) la portée SOCIOLOGIQUE du phénomène. La belle affaire, si l’on considère qu’effectivement, les membres du Floyd, après leur période hippie-chic à Pompéi (cheveux gras inclus) tombèrent progressivement les masques au même rythme que leur auditoire, adoptant au fil des funestes eighties le même look et le même modus vivendi que ces cadres moyens et supérieurs auxquels s’adressaient leurs flatulences sonnantes et trébuchantes. Car que peut-on bien concevoir de plus sidéralement abscons que la musique du Floyd post-“Obscured By Clouds”? À savoir un emballage sans cesse plus élaboré, principalement destiné à dissimuler la vacuité abyssale de son propos. Une imagerie scénique toujours plus grandiloquente et sophistiquée, derrière laquelle se retranchaient les personnalités sans relief d’opérateurs relégués au simple rang d’exécutants de leur propre formule. En son temps, Kraftwerk avait résolu ce dilemme en envoyant des robots automates se produire à sa place, mais un tel manifeste situationniste ne pouvait décidément s’avérer du goût d’un club d’ex-étudiants en architecture de la Polytechnic School Of London, dont l’iconique Syd Barrett fera pour l’éternité figure de martyr expiatoire. Il était déjà loin, le temps de “More” et d'”Ummagumma”, quand le triumvirat des affranchis de leur own personal Mussolini en reprit le flambeau pour le blasphématoire “A Momentary Lapse Of Reason”, actant l’hérétique permanence d’un Floyd post-Waters (et désormais dominé par Gilmour, auto-proclamé nouveau lider maximo). Comme de vulgaires Roxy Music, Who ou Steely Dan eighties, Pink Floyd ne devait dès lors plus se produire que flanqué d’un quintette de supplétifs et d’un trio de choristes. C’est cet équipage, aussi rutilant qu’une Lamborghini flambant neuve, qu’il nous est donné de revisiter à présent. Nous étions en août 1988, et ces 16 titres furent captés en 35mm au cours de cinq concerts que donnèrent les Britons au Nassau Coliseum de Long Island. En Blu-Ray, DVD, triple-vinyle, double CD ou édition Deluxe remastérisée en surround 5-1, jamais l’ennui n’aura été proposé en autant d’options lucratives (clips Royal Canin, Swatch, British Airways et Chasse, Pêche, Nature inclus). Naufragé volontaire au milieu de ce cartel industriel et financier, David Gilmour (ce Buster Keaton empâté qui eût aisément pu suppléer Gary Moore au rang de B.B. King blanc pour relais routiers) menait alors sa barque avec l’opiniâtreté d’un Thénardier côté en bourse. On ne reverrait plus Waters auprès de ses trois ex-congénères que pour les 25 minutes du Live 8 de 2005, scellant ainsi l’une des épopées les plus fructueuses (et dispensables) de l’histoire des musiques actuelles. Joyeux Noël, le Touquet!

Patrick Dallongeville
Paris-MoveBlues Magazine, Illico & BluesBoarder

PARIS-MOVE, November 20th 2020

The new PINK FLOYD – Delicate Sound Of Thunder 2CD and 3LP vinyl sets feature this remixed audio and offer more tracks than before: the vinyl triple-disc package offers nine more tracks than the original, while the new double-CD package features eight songs not on the 1988 2CD set.

All PINK FLOYD – Delicate Sound Of Thunder editions feature 24-page photo booklets, but there is a four-disc deluxe edition comprising of 2CD+blu-ray+DVD which includes a 40-page booklet, tour poster and postcards.

PINK FLOYD – Delicate Sound Of Thunder: à commander sur le on line Shop du FLOYD, ICI

Attention, car plusieurs pack du PINK FLOYD – Delicate Sound Of Thunder sont déjà “out of stock”!