Joanne Shaw Taylor – White Sugar

Ruf Records – Socadisc
Blues
Pour cet opus, le label Ruf Records n’a pas hésité une seconde en bookant le studio du sorcier Jim Gaines, à Memphis, celui-là même qui jouait avec certaines idoles de Joanne Shaw Taylor: Albert Cummins et Stevie Ray Vaughan, entre autres.
C’est Jim Gaines qui sélectionna la rythmique pour l’enregistrement des 10 titres écrits par la belle blonde à la Fender Stratocaster: Steve Potts à la batterie et Dave Smith à la basse, deux gros calibres que Joanne avait déjà entendus sur des albums de Luther Allison et de Johnny Lang.
Jouer avec eux fut très facile, surtout que cinq minutes avant de commencer à enregistrer ils n’avaient aucune idée de ce que j’avais composé.’, nous a même précisé la souriante Joanne, farouche adepte des formations en trio car permettant, selon elle, de faire passer une forte énergie entre les musiciens. Et puis parce que Stevie Ray Vaughan et Jimmy Hendrix jouaient en trio, pourrions-nous rajouter…
 
Original, cet opus propose un mélange de titres composés à différentes époques, comme l’autobiographique ‘Kiss The Ground Goodbye’ ou ‘Blackest Day’, écrit alors que Joanne n’avait que 14 ans, tandis que d’autres furent écrits pendant le vol menant Joanne à Memphis, pour y enregistrer cet album.
 
L’instrumental ‘White Sugar’ repris comme titre de ce CD, sera sans conteste la signature de cette belle blonde qui se place d’entrée comme l’une des grandes rivales de Anna Popovic et Sue Foley tant l’album respire une confiance totale et une maîtrise de la Strato qui en laissera plus d’un sur le cul.
 
A l’image de son titre, un album sucré, et qui se laisse déguster comme un bonbon. Délicieux.
 
Frankie Bluesy Pfeiffer
Joanne Shaw Taylor