BILL EVANS – Tales – Live In Copenhagen (1964)

Elemental Records / paraît le 1 décembre 2023
Jazz
BILL EVANS - Tales - Live In Copenhagen (1964)

L’un des grands aristocrates du jazz piano, Bill Evans était non seulement l’un des plus distingués et articulés, mais surtout une figure devenue quasiment mythique pour tout apprenti du clavier à deux tons. Alors qu’il est ardu de trouver beaucoup de clichés sur lesquels Dave Brubeck n’arbore pas son sourire légendaire, on n’en dénombre guère où ce bon Bill ne tirât une tronche de douze pieds. C’est que bien qu’aussi agile et inventif que ses modèles classiques (de Chopin et Fauré à Debussy) et jazz (de Bud Powell à Nat King Cole), Evans n’était pas non plus un gai luron pour autant. Un peu au jazz ce que Buster Keaton représenta pour le cinéma muet, William John Evans n’en déployait pas moins une virtuosité aussi élégante qu’innovatrice, et sa redéfinition du trio demeure l’un des mètres étalons à l’aune desquels on l’évalue encore, plus de quatre décennies après sa disparition. Avec plus de cinquante albums à son actif au cours de son quart de siècle de carrière (et près d’une autre trentaine depuis), la discographie de ce géant du clavier n’en finit pas de s’étendre, et après  le bien intitulé “Treasures” (publié l’an dernier par Zev Feldman sur le même label), voici pas moins de la dixième parution d’inédits captés entre sa première incursion européenne et sa dernière tournée continentale des sixties. Captés dans les studios de la radio nationale Danoise, les dix premiers titres de cette livraison présentent le septième trio historique de Bill (avec le contrebassiste Chuck Israels et le batteur émérite Larry Bunker), ainsi qu’une version du “Round Midnight” de Monk enregistrée à Stockholm en ’69 avec Eddie Gomez et Marty Morell. Outre le standard d’Evans, “Waltz For Debby”, on y dénombre un inédit intégral sous ses doigts, le “I Don’t Know What Time It Was” de Rodgers & Hart. Magistralement restaurés (on s’y croirait), ces enregistrements présentent une fois de plus un maître absolu at the top of his game. Bien supérieurs à de vulgaires bootlegs, ces trésors exhumés ramènent de fait un génie à la vie. Il vous en reste encore beaucoup, Messieurs, des rogatons de ce calibre ?

Patrick DALLONGEVILLE
Paris-Move, Illico & BluesBoarder

PARIS-MOVE, November 22nd 2023

::::::::::::::::::::::::::::::

BILL EVANS – Tales – Live In Copenhagen (1964): album à commander ICI