INTERVIEW: JONATHAN JEREMIAH

Jonathan JEREMIAH

ITW de JONATHAN JEREMIAH
Interview préparée et réalisée par Dominique Boulay – Paris-Move & Blues Magazine (Fr)
PARIS-MOVE, Juillet 2022

Je le savais en villégiature dans le sud ouest de la France et ai profité de l’occasion pour faire sa connaissance. Jonathan Jeremiah est un artiste d’une simplicité confondante et à l’humour assez caustique. Des ingrédients qui rendent toujours les discussions particulièrement intéressantes!
A l’occasion de la sortie de son album Good Day, réédition étoffée de 5 titres inédits et dont vous pouvez retrouver la chronique ICI sur Paris-Move, nous avons interviewé Jonathan Jeremiah et voici ce que ce formidable musicien nous a confié:

Paris-Move: Envisages-tu de devenir bientôt citoyen français, puisque c’est ici que tu as choisi de te reposer, ce qui serait tout de même assez drôle, vu tes origines indo-irlandaises?
Jonathan Jeremiah: (rires) J’épouserais volontiers une citoyenne française et ainsi j’obtiendrai le statut de l’UE. Merci de la proposition!

PM: Tes origines familiales t’ont-elles aidé dans ta créativité musicale?
J.J.: Tipperary, en Irlande, est l’endroit où la famille et moi avions l’habitude de passer nos vacances. Rien d’aussi exotique cependant qu’Adra, une petite ville en Inde, à la campagne foisonnante et omniprésente et où à la famille nombreuse et la télévision de mauvaise qualité venait s’ajouter généralement une réunion plutôt amusante dans l’un des pubs de notre oncle où nous en profitions pour interpréter une chanson tous ensemble.

PM: Tu te ressources en France, mais ce n’est pas le pays européen où tu te produis le plus…
J.J.: J’ai eu la chance de tourner dans plusieurs très beaux pays, mais je suis surtout en Allemagne, aux Pays-Bas et en Belgique. La proximité de ces pays aide vraiment, surtout lorsque tu es un vrai voyageur passionné de trains!

PM: Dans quels pays préfères-tu jouer, et pourquoi?
J.J.: Honnêtement, j’aime chaque pays que je visite. Si c’est un endroit nouveau, c’est une expérience incroyable, de nouvelles personnes à rencontrer, de nouvelles choses et de nouveaux lieux à découvrir. Et quant je reviens quelque part, alors ils deviennent des visages et des lieux familiers. Mener cette carrière, c’est aussi parfois se comporter comme un simple touriste: profiter et voir toutes les curiosités locales, se précipiter d’un endroit à l’autre. Je suis assez redevable pour cette situation très confortable!

PM: Où habites-tu habituellement au Royaume-Uni?
J.J.: Je suis né et j’ai été élévé à Londres. C’est donc ce que j’appelle être à 100% chez moi.

PM: Comment décrirais-tu ta musique? Folk, pop, jazz… ou bien…?
J.J.: Je suis entré récemment dans un nouveau magasin de disques, j’ai vu les albums classés par genres et j’ai immédiatement pensé à ma place dans tout cela… Trop folk pour la soul, trop soul pour la pop, trop rock pour la folk. En fait, je n’hésite pas à avoir mon propre espace musical, sans genre précis ou étiquette. Les auditeurs peuvent venir me rendre visite s’ils le souhaitent.

PM: On peut presque dire que tu es comme un crooner avec une guitare…
J.J.: Oui, je le suis. Et baryton basse, me dit-on. Et bien que les tons d’Axl Rose, Curtis Mayfield et Jeff Buckley soient à un kilomètre de moi, j’embrasse un timbre profond. De plus, cela signifie qu’avoir un rhume ou une gueule de bois ne font qu’ajouter de la profondeur à la tonalité.

PM: Troubadour et conteur moderne, comment trouves-tu l’inspiration?
J.J.: Tout autour de soi on peut croiser des gens étonnants, étranges, et se trouver dans des occasions bizarres, ou se trouver dans des parties du monde qui déroutent… ce qui m’intéressent beaucoup. Tout est là, si vous avez une pelle et savez où creuser. Tu as la matière à inspiration.

PM: Quelles sont tes principales références en matière de chanteurs.
J.J.: Cela change tout le temps. En toute honnêteté, je n’écoute pas trop de musique. Je suis davantage influencé par le cinéma et la peinture.

PM: Comment et pourquoi cet album est-il le meilleur?
J.J.: Parce que je le dis! (rires)

PM: Cet album est original, avec la contribution de musiciens classiques. Mais cela peut paraitre un peu étrange que tout d’un coup l’homme solitaire ait besoin de s’entourer de plus de 20 musiciens!
J.J.: Solitary Man parlait d’un agent de sécurité qui devait garder une porte de sortie. Cela m’avait pris quelques années à composer cela. Et la solitude était alors mon lot quotidien. Les orchestrations présentent les paysages sonores que j’avais l’habitude de créer dans ma tête en regardant la porte.

PM: C’est la première fois que tu mets autant de temps entre la sortie de deux albums. Quatre ans. Cela signifie-t-il que tu as mûri un peu plus encore?
J.J.: En fait, j’avais quasiment écrit un disque avant le confinement mais je n’ai jamais eu le temps de le terminer à cause de la pandémie et de toutes les restrictions réglementées. Au cours de ces deux années, les chansons ont, en général, évolué et sont allées dans d’autres directions que celles initialement prévues. Et puis je me sentais aussi maintenant connecté différemment. Être fauché, être professeur de mathématiques pour les enfants de la famille sans leurs professeurs habituels, ne pas avoir la capacité de tout faire et de fournir des solutions à tout, gérer des situations que tant d’autres ne parviendraient pas accomplir… Tout devait être écrit.

PM: Quelle est la question que l’on ne t’a jamais posée età laquelle tu aurais aimé répondre?
J.J.: Est-ce que j’aimerais être l’invité d’honneur d’une projection spéciale sur écran 35 mm d’Excalibur, de John Boorman, dans un hôtel 5 étoiles dans le sud de la France?

PM: Que veux-tu ajouter à l’attention de nos lecteurs, surtout pour qu’ils vbiennent te voir en Live?
J.J.: Ma tournée 2022 passe par Paris, le 17 septembre au Backstage at the Mill, Backstage BTM, 92bis Bd de Clichy, 75018. Si la salle est pleine, je gagnerai de quoi visiter des tas d’autres villes françaises magnifiques! Alors il faut communiquer un maximum sur la date pour que cela soit un beau succès!