Clinton Fearon en concert

Evénement : Clinton Fearon en concert
Reportage et photos: © Alain Betton
MJC-CS l’Usine à Chapeaux (Rambouillet), le 23 octobre 2012

Pour ses 20 ans d’existence en ce mardi 23 octobre 2012, la salle de l’Usine à Chapeaux à Rambouillet fête dignement son anniversaire avec un concert d’exception. L’endroit peut recevoir environ 250 personnes et ce soir la salle est comble, pleine à craquer pour accueillir et ovationner un ‘Grand Monsieur’, une figure emblématique du reggae en la personne de Clinton Fearon.
Né en Jamaïque, Clinton Fearon rejoint en 1969 le groupe légendaire The Gladiators et en devient un des piliers aux côtés d’Albert Griffiths. D’ailleurs on ne compte plus le nombre d’albums des Gladiators tant leur discographie est imposante. En 1987, Clinton quitte le groupe et s’installe à Seattle, aux Etats-Unis, pour débuter une carrière solo. En mars 2012, Clinton sort son dixième album, ‘Heart and Soul’, qui propose des enregistrements en version acoustique de ses chansons écrites au sein des Gladiators. Accompagné de prestigieux musiciens que sont Marc Oi, Ire Taylor et deux ex-membres et complices des Gladiators, Clinton Rufus et Gallimore Sutherland, Clinton Fearon honore le public de l’hexagone pour une dizaines de concerts en ce mois d’octobre2012, privilégiant principalement les salles intimistes lors de cette tournée.

La scène de l’Usine à Chapeaux prend toutes ses couleurs et sous les applaudissements nourris d’un public totalement acquis à sa cause et à celle du reggae, Clinton Fearon nous envoûte dès le premier titre de son opus ‘Heart and Soul’ qu’il interprètera en totalité ce soir, avec des titres comme ‘One love’ et ‘Let Jah be praised’, accompagné de Clinton Rufus à la basse, Marc Oi à la guitare et Ire Taylor aux percussions pour cette prestation acoustique.
Les titres se succèdent, comme ‘Stop before you go’ suivi par ‘On the other side’, entrecoupés d’anecdotes, car Clinton aime parler à son public et faire partager cette culture qui est la sienne. La magie du personnage opère et la communion entre le public et lui est totale. Un public dans lequel, et c’est même une surprise, on voit de très jeunes parmi des moins jeunes, comme si le charisme de Clinton Fearon avait fait disparaître les âges. Les générations confondues dansent devant de la scène, tapant dans les mains et reprenant en choeur les refrains de titres mythiques tels ‘Marvel not’, ‘Follow the Rainbow’ ou encore ‘I’m not crying’.

 

 

En milieu de concert, Gallimore Sutherland, autre figure emblématique des Gladiators, rejoint ses complices sur scène et ajoute une touche émotionnelle supplémentaire à ce concert en partageant les choeurs sur quelques titres.
Deux heures durant, Clinton Fearon et ses musiciens nous offrent un concert acoustique d’une rare intensité, avec un public en liesse venant déposer aux pieds des artistes le drapeau jamaïquain.
Le public est aux anges, en demande et en redemande encore. Sous les ovations, les cinq artistes reviennent pour trois titres en rappel ‘Jay Almighty’, ‘Bless your heart’ et ‘Steets of freedom’. Un bouquet final somptueux avant d’aller serrer les mains des spectateurs chanceux des premiers rangs. Un bouquet final somptueux qui clôt un concert exceptionnel dans cette belle petite salle de l’Usine à Chapeaux dont nous tenons à remercier l’équipe pour leur accueil et leurs compétences.

Clinton Fearon