My Own Holiday – Reason To Bleed

Eclectogroove
Rock

Et un duo guitare-batterie de plus! Après les Black Keys, White Stripes et autres Royal Blood, voici donc My Own Holiday. La formule commence à être connue (sinon éculée): les six cordes, saturées à souhait, se concentrent forcément sur le rythme, tandis que la batterie ne s’autorise guère d’écart, compensant cette sobriété par un recours appuyé aux cymbales. La plage titulaire ajoute à point nommé un tambourin à ce kit. Nos deux garçons compensent les contraintes qu’impose l’exercice (et le risque évident de lassitude qu’il implique) par la diversité de leurs compositions. Les ballades “Whiskey in The Well” et “Stranded” s’avèrent ainsi de bienvenus répits au vacarme, tandis que “Memphis” et “Right Back Where I Started” exhalent un parfum country-folk de bon aloi, et que “On The Floor Blues” et “Smile” s’avèrent les seules véritables concessions (réussies) au genre. “Don’t Shine On Me” évoque ainsi le “Tons Of Sobs” de Free. Joey Chrisman se révèle un lead-guitarist inspiré (notamment par la fougue free-form de feu Hendrix) quand il se libère fugacement de ses obligations rythmiques (“Razorblades”, “Two Coins”, “On The Floor Blues”), et Nick Bartolo est assurément un fiable frappeur. On se prend toutefois à souhaiter qu’il existe, non loin de leur bled californien, un duo basse-clavier qui pourrait compléter leur moitié d’orange. Un album certes attachant, mais qui ne présage guère de perspectives sous ce format restreint.

Patrick Dallongeville
Paris-Move

My Own Holiday